Outre l’élection présidentielle, le 8 novembre a été le théâtre du renouvellement intégral de la Chambre des représentants (comme tous les deux ans) et de celui partiel du Sénat (un tiers de ses membres), ainsi que l’élection de quatorze gouverneurs (cf. Les autres élections du 8 novembre).

 

Sceau du Sénat américainAu Congrès, l’attention se portait particulièrement sur le Sénat, où les démocrates étaient en mesure de récupérer la majorité. Pari raté : ils devaient rafler cinq sièges, ils n’en obtiennent que deux, celui de l’Illinois (où Tammy Duckworth a sèchement battu le sortant Mark Kirk, lequel se représentait malgré une attaque cérébrale en 2012 l’ayant tenu éloigné du Sénat pendant un an) et celui du New Hampshire (où l’actuelle gouverneur Maggie Hassan a battu d’un fifrelin la sortante Kelly Ayotte, laquelle s’était désolidarisé de Trump et a aussi probablement perdu des plumes du fait d’un candidat libertarien).

Dans les autres scrutins initialement considérés comme à risque pour les républicains, ceux-ci se sont nettement imposés, notamment en Floride où Marco Rubio a largement devancé son rival Patrick Murphy (52% vs. 44%). Au bout du compte, les républicains perdent donc deux sièges mais, avec 52 en leur possession contre 48 aux démocrates et indépendants, ils gardent le contrôle du Sénat.

Parmi les personnalités en vue concourant pour ces élections, outre Marco Rubio, citons les républicains Rand Paul (Kentucky) et John McCain (Arizona), ainsi que le démocrate Chuck Schumer (New York), tous trois facilement réélus.

 

Sceau de la Chambre des représentantsLe suspens était moindre à la Chambre des représentants, les républicains y étant pratiquement assurés d’y reconduire leur confortable majorité. Et de fait, malgré une perte nette de six sièges, ils conservent leur mainmise sur la Chambre, avec 238 élus contre 193 aux démocrates.

Parmi les personnalités en vue concourant pour ces élections, les républicains Steve Womack (3e district de l’Arkansas), Kevin McCarthy (23e district de Californie) et Paul Ryan (1er district du Wisconsin), et les démocrates Nancy Pelosi (12e district de Californie) et Debbie Wasserman Schultz (23e district de Floride) ont tous été facilement réélus.

 

Du côté des gouverneurs, sur les douze États en jeu, six sont revenus aux démocrates et six aux républicains, ce qui, dans la pratique, revient à un succès des républicains, lesquels ont conquis trois postes qu’ils n’occupaient pas (Missouri, New Hampshire et Vermont). Au total, sur les 50 États du pays, les républicains en gouvernent 34 contre 15 aux démocrates (le gouverneur actuel de l’Alaska a été élu en 2014 sous l’étiquette « indépendant »).

Dans les Territoires où un poste de gouverneur était en jeu, celui des Samoa américaines reste aux mains des démocrates, et celui de Puerto Rico au Popular Democratic Party (PPD, généralement lié aux démocrates).

Articles récents

Les dynamiques qui ont fait basculer l’élection

Les dynamiques qui ont fait basculer l’élection

12 novembre 2016 – Si la victoire de Donald Trump est nette en termes de grands électeurs, elle s’est pourtant jouée à quelques États-clefs qui ont basculé de justesse en sa faveur. Pour expliquer ce résultat, plusieurs dynamiques sont …

La « Trilogie de la Guerre » de Roberto Rossellini

La « Trilogie de la Guerre » de Roberto Rossellini

Italie, 1945. Dans un pays dévasté, une génération nouvelle de réalisateurs invente le néoréalisme. Parmi ses fers de lance : Roberto Rossellini, qui, en trois ans et trois films, accède au statut d’auteur majeur du 7ème Art.

Solaris (1972) – Andreï Tarkovski

Solaris (1972) – Andreï Tarkovski

En dépit d’années d’observations, la planète Solaris garde ses mystères, dont le principal n’est autre que sa surface, un océan gigantesque qui serait en fait … un cerveau.

Antelope Canyon – De lumière et de grès

Antelope Canyon – De lumière et de grès

Si certains patelins reculés n’ont rien pour eux, la petite ville de Page, elle, est doublement bénie des dieux, avec, en point d’orgue, un site parmi les plus photogéniques des Etats-Unis.

Lava Beds – L’ultime champ de guerre des Modocs

Lava Beds – L’ultime champ de guerre des Modocs

Isolé aux confins nord-est de la Californie, le parc de Lava Beds compte deux principaux centres d’intérêt : ses cavernes, et le souvenir de la résistance opiniâtre qu’y livra une poignée d’Indiens.